Quelques Notes de Coline Serreau
Le 06/10/2012 09:36


© 2012 Mecanos Production

Un portrait de la cinéaste ce soir à 22h10 sur Ciné+ Club

La France, on le sait, a de grands problèmes budgétaires. Certains suggèrent de réduire le nombre de ministres… Qu’ils se penchent sur le cas de Coline Serreau, comédienne, musicienne, auteure, metteure en scène de cinéma et de théâtre. Son expérience est si riche, si variée, qu’on pourrait lui confier tout le gouvernement.

Le ministère de la Culture, pour commencer. Fille de Geneviève, écrivain, et de Jean-Marie Serreau qui a créé, au théâtre, Ionesco, Beckett et tous les grands dramaturges de l’après-guerre, Coline a grandi dans une sorte d’avant-garde. Le Festival d’Avignon a joué un grand rôle dans sa vie, et elle est peut-être la véritable héritière du Théâtre national populaire de Vilar.

Ou encore le ministère de l’Education : dans “Quelques Notes de Coline”, délicieux portrait réalisé par Frédéric Sauzay, un des comédiens de sa troupe, on voit l’efficacité d’une méthode qui consiste à valoriser les succès, même mineurs, de ses élèves des villages de la Drôme, plutôt que de s’appesantir sur leurs échecs. Quant à sa productrice Christine Gozlan, ou Vincent Lindon, Firmine Richard, Roland Giraud, Romain Bouteille, ils disent tous à quel point cette exigeante animatrice leur a enseigné la constance.

Famille : c’est l’un des points forts de Coline, qui a réalisé “Trois Hommes et un couffin”, et a su évoluer en paix avec des parents qui ne s’entendaient guère, plusieurs hommes, beaucoup d’enfants et des frères.

Ne parlons pas d’Ecologie,évoquée dans son film “la Belle Verte”, d’Affaires sociales (“la Crise”). Et elle pourrait briller aux Affaires étrangères : elle a vécu quatre ans aux Etats-Unis, deux en Italie, et parcouru tous les pays du monde. Elle ne se reconnaît toutefois qu’une seule patrie, heureuse et sans frontière : la musique, dans ce qu’elle a de plus élevé. Voilà pourquoi ces “Quelques Notes”, il faut tous aller les siffler là-haut, avec Coline.
- Lire l'article en format pdf -

ALAIN RIOU

 

 

 

 

 

 

 

Article paru dans :


le 06/10/2012