MA MONDIALISATION

DIFFUSION : FRANCE 3 dans sa version 52'
DIFFUSION DVD en version 90' : Les films du Paradoxe

Pour en savoir plus :
http://www.film-documentaire.fr

[- bande annonce du film-]


AUTEUR -REALISATEUR : GILLES PERRET
IMAGE : OLIVIER PATURET, GILLES PERRET
SON : LOIC FAVEL, DIDIER FREDEVEAUX
MONTAGE : ALAIN ROBICHE
PRODUCTION : EVELYNE JULY, JEAN MICHEL RODRIGO

COPRODUCTION : MECANOS PRODUCTIONS, FRANCE 3
EN ASSOCIATION AVEC LA VAKA
LA PARTICIPATION DE LA REGION RHÖNE ALPES
ET LE SOUTIEN DU CNC

DISTRIBUTEUR : EUROPE IMAGES INTERNATIONAL

DUREE : 90 ET 52 MINUTES
ANNÉE DE PRODUCTION : 2006

GENRE : ÉCONOMIE/SOCIÉTÉ

PRIX "HORS-FRONTIERES" DOTE PAR LE CONSEIL REGIONAL D'AUVERGNE LORS DES 16EMES RENCONTRES DU FILM DOCUMENTAIRE "TRACES DE VIE" EN NOVEMBRE 2006 A CLERMONT-FERRAND/VIC LE COMTE

 

Fonds de pension, délocalisation, mondialisation font désormais partie de notre langage quotidien, mais demeurent des notions abstraites, souvent angoissantes car elles sont synonymes de fermetures d’usines, de pertes massives d’emplois, de désertifications de régions entières…

À travers le regard plutôt « atypique » d’un chef d’entreprise de Haute-Savoie, le film raconte cette phase récente du capitalisme dominée par des mécanismes financiers « globaux » et implacables.

Dans la vallée de l’Arve, 12 000 salariés travaillent encore dans 500 entreprises de décolletage pour fournir en pièces de mécanique de précision les géants de l’automobile, de l’aérospatial ou du secteur médical. Mais pour combien de temps ?

 

Victimes de leur succès, la plupart de ces entreprises a déjà été rachetées par des fonds de pension anglo-saxons dont l’unique souci est la rentabilité maximale dans des temps records. Pérennité de l’entreprise et préservation de l’emploi qui étaient, hier encore, le souci des patrons de la vallée ne font pas partie des préoccupations d’actionnaires anonymes et lointains… C’est le choc et l’inquiétude à la clé…



Tout aussi inquiétante est la pression que font peser les constructeurs automobiles sur les entreprises de décolletage pour qu’elles délocalisent leur activité à l’étranger (nous le verrons en Chine et dans les pays de l’Est notamment). Abdiquer signifie supprimer des centaines d’emplois, leur résister entraîne l’arrêt des commandes et le dépôt de bilan…

Coincés entre ces multiples menaces, incapables d’y faire face, nombre d’entrepreneurs de l’Arve finissent par se demander s’ils n’ont pas été dépassés par un modèle économique qu’ils auraient trop longtemps cautionnés.