BENGHAZI,
au delà de la ligne de front

DIFFUSION : FRANCE Ô

[-revue de presse-]


Pour en savoir plus :

http://www.film-documentaire.fr

 

 

 

UN DOCUMENTAIRE DE NATALIA OROZCO
REALISATRICE : NATALIA OROZCO
IMAGE : OSCAR CORRONS

UNE PRODUCTION
LULO FILMS
AVEC LE SOUTIEN DE RCN CINE E  E-NNOVVA
&
MECANOS PRODUCTIONS, EN COPRODUCTION AVEC
FRANCE TELEVISIONS - POLE FRANCE Ô
AVEC LA PARTICIPATION DE FRANCE 3 CORSE VIA STELLA
CELLE DE DE TV5 MONDE
ET CELLE DU CENTRE NATIONAL DU CINEMA
&
LA MAROMA PRODUCCIONES
EN COPRODUCTION AVEC  ONCE TV MEXICO

DUREE : 52 MINUTES
ANNEE DE PRODUCTION : 2012

COUP DE COEUR DU JURY LATIN SIDE OF THE DOCS 2011

SÉLECTION OFFICIELLE ASIAN SIDE OF THE DOCS 2012
MENTION SPECIALE DU JURY DU FESTIVAL DES DROITS DE L'HOMME DE MEXICO

 

“En Libye, la liberté se gagne au risque de tout perdre”

17 février 2011… La guerre civile éclate en Libye. Des centaines de journalistes franchissent bientôt la frontière de ce pays jusqu’alors isolé du reste de la communauté internationale.

Le monde découvre l’existence et admire le courage de milliers d’opposants, souvent fort jeunes mais prêts à donner leur vie pour en finir avec le régime de Mouammar Kadhafi. Les combats font rage, les images abondent. Elles sont effroyables.

Mais au-delà des lignes de front, que se passe-t-il vraiment ? On ne le sait pas, on ne le voit pas, on ne le montre pas. Et pourtant, les très rares journalistes qui s’attardent à l’arrière, assistent à la montée en puissance d’une révolte populaire qui gagne peu à peu toutes les villes et se transforme en véritable révolution.

A Benghazi, berceau et bastion du soulèvement, des milliers de civils mènent un combat acharné pour jeter au plus vite les bases d’une nouvelle société libérée du diktat d’un régime sanguinaire et ubuesque. Rien n’est simple, tout est à inventer. Il n’y a aucun moyen, sauf la parole, la pensée, l’imagination. C’est cette résistance pacifique, civile, citoyenne, que raconte ce film.

Une résistance qui s’exprime dans les têtes et les coeurs. Dans les mots et les sourires des gamins comme des Anciens. Des hommes comme des femmes. Malgré le vacarme des canons, chacun trouve sa place pour dire à voix haute ce qu’il a tu depuis tant d’années.